Route Transsaharienne: une session dédiée à l’examen de l’état d’avancement des travaux

Projet d'envergure pour le continent africain, la route Transsaharienne a fait l'objet d’une  évaluation de l'état d'avancement de ses travaux. C'était à l'occasion de la 69ème session du Comité de liaison de la route Transsaharienne (Clrt)  tenue du 04 au 06 novembre dernier à N’Djaména à l’hôtel LADGER PLAZA,

 

Projet d'envergure pour le continent africain, la route Transsaharienne a fait l'objet d’une évaluation de l'état d'avancement de ses travaux. C'était à l'occasion de la 69ème session du Comité de liaison de la route Transsaharienne (Clrt) tenue du 04 au 06 novembre dernier à N’Djaména à l’hôtel LADGER PLAZA, en présence d’un nombre important des participants, dont les Directeurs des routes des pays membres du Clrt, à savoir l’Algérie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Tchad et la Tunisie, et les représentants des partenaires techniques et financiers. Deux jours durant, les participants ont eu à évaluer les actions entreprises, notamment l’avancement des travaux des chainons manquants de la RTS au niveau de chacun des pays membres, identifier les goulots d’étranglement et proposer des solutions appropriés pour la poursuite de la réalisation de ce mégaprojet vieux de près de 50. Il ressort de l’examen rétrospectif que le projet dans sa globalité avance à un rythme palpable. Sur un total de 9 000 Km que compte la transsaharienne 7000 Km sont effectivement bitumés. Au Nigeria, la RTS est totalement bitumée et plus de la moitié des 1130 km sont en 2X2 voies. En Algérie, la RTS est entièrement revêtue depuis Alger jusqu’à la frontière avec le Niger, il lui reste quelques 200 Km en allant vers la frontière malienne. La Tunisie quant à elle a achevé la réalisation du tronçon existant sur son territoire soit 689 Km et des travaux de renforcement de cette route sont en cours sur 65 km entre Gafsa et Nefta. Au niveau de trois (3) pays enclavés à savoir le Mali, le Niger et le Tchad des grands efforts ont été accomplis), surtout lorsque l'on sait qu'au lendemain de l'indépendance, ces 3 pays réunis avaient moins de 500 km de routes bitumées. Au Tchad, sur les 570 km qui relie la capitale N’djamena à la frontière du Niger, environ un tiers est revêtu, 250 Km sont en exécution, la section Bol-Liwa longue de 85 Km est en phase de contractualisation. Pour la section Liwa-Rig Rig, longue de 53 Km, le gouvernement est à la recherche de financement.

 

En ouvrant les travaux de la 69ieme Session le Ministre des Infrastructures, des Transports et du Désenclavement M Abderaman Mouctar Mahamat, a souligné l’intérêt pour notre pays de voir ce projet se concrétiser. Pays charnière entre le Maghreb et l’Afrique au sud du Sahara, le Tchad attend avec impatience la concrétisation de ce projet. Ce projet a-t-il indiqué doit être un facteur déterminant pour le développement économique et pour l'amélioration des conditions de vie des populations et dans le renforcement de leurs rapports culturels.

Composée d'un axe central Nord-Sud qui s'étire d'Alger à Lagos, la Transsaharienne est conçue pour desservir toute la sous-région du Maghreb et du Sahel à travers quatre branches reliant deux capitales maghrébines (Alger et Tunis) à quatre capitales sub-sahariennes Bamako, Niamey, N'Djamena et Lagos sur une longueur totale de 9 400 km .


Copyright © 2018 Ministère des infrastructures du Tchad. Tous droits réservés.