Le chantier de la route Ngouri-Bol a repris de plus bel

Entamés en fin novembre 2015, pour s’achever dans un délai de trente (30) mois, les travaux de construction de la route Ngouri-Bol, longue de (100) Km, ont connu une longue période d’interruption dû aux impayés accumulés de leurs décomptes. Mais, les efforts consentis par les acteurs intervenants dans le projet, ont permis de relancer en date du 20 janvier 2018 les travaux dudit projet. Ainsi, L’entreprise Tunisienne ETEP en charge de la construction de cet ouvrage a redéployé ses matériels sur le chantier et organise ses ateliers des couches de chaussée pour accélérer l’exécution de ce projet si attendu par le Gouvernement, par les populations de la région du Lac et par les usagers. Sur le terrain, ETEP a disposé différents panneaux de signalisation annonçant sa présence.

On pouvait lire sur ces panneaux des inscriptions comme: « Attention travaux – Sortie des camions-Route barrée – Déviation à 100 mètres», etc. Sur le site, des ouvriers parés de gilet de chantier flanqué du logo de l’entreprise sont à la tâche.  Des camions bennes font la navette entre le gite d’emprunt pour matériaux (remblais) et le chantier. Des voix donnant des instructions se mêlent aux vrombissements des engins tels que niveleuses, compacteurs ou encore des camions citernes.
Sur le terrain, les choses avancent positivement nous l’a confié M. Samba Fall, chef de mission de surveillance et du contrôle assuré par le groupement CIRA/AAI. Au 31 mars 2018, l’avancement des travaux du marché de base affiche une évolution chiffrée à 8% comprenant aussi bien l’installation générale du chantier, l’installation du Maître d’Ouvrage et de la mission de contrôle, les études d’exécution du projet, les travaux de dégagement et de préparation du terrain, les travaux d’enlèvement de la terre végétale, les travaux de terrassement (déblais, remblais, couche de forme) ainsi que ceux liés à la construction des ouvrages d’assainissement (dalots). Le délai contractuel est quant à lui consommés à 93% soit un retard de 85% dans le chronogramme initial de livraison des travaux de bitumage.
Destinée à désenclaver l’une des principales zones de production du pays, la route Ngouri-Bol devrait coûter 62 161 736 467 de francs CFA toutes taxes comprises dont 61 075 470 286 de francs CFA pour les travaux et 1 086 266 181 de CFA pour le Contrôle et la surveillance des travaux. conformément au marché de base, ces ressources seront mobilisées par divers bailleurs de fonds à savoir la Banque Arabe pour le Développement en Afrique (BADEA) 8,7%, le Fonds Koweitien de Développement en Afrique (FKDEA) 15,58%, le fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID)12,9%, le Fonds saoudien de développement (FSD) 23,77% et l’Etat tchadien 39,05%. Mais, au regard de la conjoncture économique que traverse le pays, trois de quatre bailleurs ont accepté de prendre en charge la part qui revient à l’Etat Tchadien.

C’est une route d’une épaisseur de 40 cm dont 20 cm de couche de fondation en sable limoneux traité au ciment, 15 cm de couche de base de GRH de 0/31,5 et 5 cm de couche de roulement en béton bitumineux sur une plate-forme de 10 m de large soit 7 mètres pour la chaussée et 1,5 d’accotement de part et d’autre. A son terme, cette route permettra de faciliter l’évacuation des produits agricoles et halieutiques abondamment produits dans la région du Lac Tchad. Le projet prévoit aussi la construction d’une station de pesage à bol, une aire de repos à Isseiron ainsi que la réalisation de  forages équipés de pompe solaire au profit  de 15 villages situés le long du projet.

 

 

Copyright © 2018 Ministère des infrastructures du Tchad. Tous droits réservés.