Le Ministre des Infrastructures inspecte les travaux de bitumage de l’axe Massakory-Ngouri 23/05/2017

C’est en véritable « contrôleur » que le Ministre des Infrastructures et des Désenclavement, M. Adoum Younousmi a visité, dans la matinée du samedi 20 mai 2017, le chantier des travaux de construction de l’axe Massakory-Ngouri long de 84 kilomètres (Km). L’objectif de cette visite est de constater du visu l’évolution et la qualité des travaux réalisés et jauger la capacité réelle de l’entreprise  SOROUBAT en charge de l’exécution à respecter le délai contractuel.                                            Il est 7 heures, lorsque le Ministre et le cadres centraux et régionaux de son département, arrivent au point zéro du projet situé à la sortie Nord de la ville de Massakory. Après un bref entretien avec le responsable de l’entreprise et le Chef de la Mission de Contrôle, le cap est mis sur le PK 42 où se déroulent les travaux de terrassement. Tout au long du parcours, le Maître d’ouvrage délégué a marqué plusieurs haltes notamment au point kilométrique (PK) 14+800 ; PK 20+400 ; PK 27+448 ; PK 31+200 et PK 40+900 , soit pour apprécier les ouvrages hydrauliques  déjà réalisés ou en cours de réalisation, soit pour constater la qualité de la mise en œuvre des travaux de la couche de base, de la couche de forme et la couche de fondation en sable limoneux stabilisé au ciment. Aux différentes étapes de la visite, la délégation ministérielle a reçu de la part des techniciens de la société contractante et de ceux de la Mission de Contrôle CIRA d’amples explications sur l'évolution et les conditions des travaux.

 


De retour à Massakory, le Ministre a présidé une réunion de travail avec les différents intervenants dans la chaine des travaux, Entreprise, Mission de Contrôle et la Direction Générale des Routes. Selon les explications fournies par le Chef de mission de contrôle,  M. Amadou Sidibé, les niveaux d’exécution des travaux ne sont pas en adéquation avec le planning soumis par l’entreprise et validé par l’administration avant le démarrage des travaux. Elle accuse sept mois de retard dans l’exécution dudit projet à cause d’un problème d’organisation interne a indiqué le Chef de mission. l’on retient également qu’à la date du 19 mai 2017,  le niveau d’avancement des travaux du marché de base est estimé à 24,96% pour un délai  consommé de 20 mois et 2 jours sur les 36 mois prévus soit 55,67%. 15 décomptes ont été émis par l’entreprise y compris l’avance de démarrage  pour un montant de 19 599 185 440 FCFA dont 16 693 216 355  16 693 216 355 effectivement payés par la Banque Islamique de Développement. En dépit du retard accusé sur le délai d’exécution, le Directeur des travaux, M.  ANIS Mbazaia ne semble pas pour autant inquiet. Sûr de sa capacité à respecter l’engagement pris auprès des autorités, il a rassuré le patron des infrastructures que des nouvelles dispositions seront prises par son équipe, pour rattraper le retard et finir les travaux dans les meilleurs délais, soit le 18 septembre 2018. Le Ministre s’est montré quant à lui exigent sur le respect du délai d’exécution. L’achèvement des travaux et leurs remises dans le délai requis sont une priorité pour le gouvernement. Il est dans l’intérêt de l’entreprise à respecter le délai non seulement pour éviter les pénalités, mais aussi pour ne pas ternir son image et surtout satisfaire la population qui a fort longtemps attendu le bitumage de cette route. Aucun retard non justifié ne sera  accepté par l’administration a-t-il indiqué. « Dorénavant, nous allons faire des visites inopinées, de sorte à mettre la pression afin que les travaux avancent », a conclu le chef du département des Infrastructures.


Ce tronçon qui s’inscrit dans le projet global de construction et de bitumage de la route transsaharienne est long de 84 kilomètres (km). Sur cette longueur, il s’agira entre autres, pour l’entreprise SOROUBAT, de construire et de bitumer en 1X2 voies une route revêtues en béton bitumineux répondant aux exigences des normes internationales, d’assainir en longitudinal et en transversal par la construction de caniveaux en agglomération (Ngouri) et de fossés hors agglomération. Il s’agira également de réaliser des aménagements connexes qui consistent entre autres, en la construction d’une station de pesage, la réalisation d’un système d’adduction d’eau potable d’une capacité de 300 m3 à Ngouri, la plantation 20 000 arbres ainsi que la réalisation et l’équipement des forages a motricité humaine à chaque 5 kilomètres le long de la route. La traversée de Ngouri longue de 1, 086 Km sera aménagée au standard d’une voirie urbaine électrifiée à l’aide de l’énergie photovoltaïque. Le Montant total du marché des travaux est de 49. 831 399 257 FCFA TTC et celui de contrôle et surveillance des travaux assuré par le Groupement CIRA/TECHNOROUTE est de 1 010 929 800 FCFA HTT. 96% du coût global du projet sont pris en charge par la Banque islamique de Développement BID et 4% par le Tchad.


 

Copyright © 2017 Ministère des infrastructures du Tchad. Tous droits réservés.