Le tronçon Guelendeng-Bongor subit un relookage 30/06/2016

L’intense trafic des poids lourds excédant la normale requise (13t à l’essieu) enregistrée  ces dernières années sur le corridor N’djamena-Douala, a eu raison du tronçon bitumé guelendeng-Bongor. En dépit des travaux d’entretien conséquents, celui-ci est devenu difficilement praticable, long et particulièrement éprouvant pour le transport de personnes et de marchandises. D’où, la décision du Gouvernement tchadien d’engager sur fonds propre plus de quarante (40) milliards de F CFA pour effectuer des travaux de renforcement afin d’assurer le confort et la sécurité des usagers et réduire le temps de parcours.                                                                                                             Confiés à l’entreprise Arab Contractors pour un délai de 18 mois à compter du 1er février 2016, les prescriptions du marché recommandent à celle-ci, la  reprise de la chaussée à partir de la couche de base sur une largeur de sept mètres (7) et de ses accotements, la pose d’une couche de roulement en bétons bitumineux (BB) d’une épaisseur de 5 cm ainsi que la mise en place de la signalisation verticale, le marquage au sol et la mise en place des équipements de sécurité.

 

Pour démontrer son expertise dans ce type de travaux, l’entreprise contractante n’a ménagé aucun moyen en mobilisant quatre cent dix-neuf (419) personnes triées sur le volet dont cinquante (50) expatriés, trois cent soixante-neuf (369) tchadiens et une gamme variée de plusieurs machines de dernière génération. Elle s’est dotée aussi d’une unité de concassage et d’une (1) centrale à enrobé de 180 tonnes/h. Cette mobilisation laisse présager une exécution diligente des travaux.

Grâce à un engin appelé pulvimixeur, le revêtement existant en enduit superficiel bicouche est scarifié, broyé et malaxé pour constituer la nouvelle couche de fondation sur une épaisseur de 20 cm sur laquelle repose une couche de base en grave concassé 0/31,5 recomposé en centrale de 20 cm d’épaisseur et en pleine largeur de la plate-forme.  Sur ces deux (2) couches superposées, couche de fondation en bas et couche de base au dessus est posée une couche de roulement en béton bitumineux de 5 cm d’épaisseur et sur sept (7) de large. De l’avis des techniciens, ce revêtement résiste mieux au trafic et aux intempéries qu'un enduit superficiel et peut facilement tenir pendant 15 ans si la charge à l’essieu (13T) est respectée. A quart de la réalisation du projet,  le taux d’exécution des travaux est jugé satisfaisant par la Mission de Contrôle AIC/Progetti.

Sur les 83 km à  bitumer, 21 ont été déjà réalisés au grand bonheur des usagers et des communautés villageoises situées le long du tronçon. D’une manière globale, le projet affiche un avancement physique des travaux de l’ordre de 25%  pour une consommation des délais de 21%. Et  l'entreprise rassure par la voix de son Directeur des travaux, M. Mohamed Mourabit que le délai des dix-huit (18) mois pourra être respecté. C'est pour s'imprégner des conditions de la  mise en œuvre des 20 premiers kilomètres qu’une mission de la Direction Générale des routes, conduite par M. Kiloné Ndilébaye s’est rendue sur le terrain ce week-end. Il ressort de son inspection qu’au stade actuel, de l’exécution des travaux tout est fait selon les règles de l’art et conformément aux prescriptions contenues dans le cahier de charge. Cependant, un début de ravinement a été constaté sur le talus sur environ 500 mètres linéaires. Après  échanges, les parties prenantes dans la mise en œuvre dudit projet (Entreprise, Mission de Contrôle et Maître d’ouvrage) ont décidé de la nécessité de le mettre en observation jusqu’ à la fin de l’hivernage.

Outre les travaux sur la route nationale, le projet prend en compte sur ce montant de 40 milliards le bitumage et l’assainissement de 10 km de voirie urbaine dans la ville de Bongor afin de lui donner un nouveau visage, faciliter le déplacement des populations, améliorer leur bien-être et de redynamiser les activités commerciales.   A la date d’aujourd’hui, les rues sont identifiées et les travaux de dégagement  des emprises  avec le nettoyage, le débroussaillage, l’abattage d’arbres et  les démolitions des maisons sont terminés. Il ne reste que le déplacement des poteaux électriques, câbles électriques, conduites d’eau ainsi que les tombes.
L’entreprise en charge de l’exécution vient de marquer une pause hivernale de quatre (4) mois et reprendra ces travaux au début du mois d’octobre.

 

Copyright © 2017 Ministère des infrastructures du Tchad. Tous droits réservés.