L’Assemblée Nationale donne son aval pour la réalisation des infrastructures routières et aéroportuaires à travers le pays

Le responsable en charge des infrastructures, du désenclavement et des transports et celle de l’Aviation civile et de la Météorologie Nationale, en l’occurrence M. Adoum Younousmi et Mme Haoua Acyl  étaient face aux élus du peuple le 13 juin 2016. Ils ont défendu deux projets de lois. L’un relatif à l’aménagement et au bitumage du tronçon Kélo-Pala dont le coût global s’élève à 72 milliards 160 millions FCFA et l’autre est relatif aux normes de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale des aéroports d’Amdjarass, de Faya-Largeau et de Moundou estimé à 69 milliards 823 millions FCFA.Le premier projet, long de 109 kilomètres a fait l’objet d’un accord de prêt signé entre le gouvernement du Tchad et la Banque de Développement des Etats de l’Afrique (BDEAC) le 5 février dernier. Ce financement partiel d’un montant de 25 milliards de FCFA contribuera à la mobilité des personnes et des marchandises. Le plan d’aménagement et de bitumage de l’axe Kelo-Pala concourra  aux objectifs de développement de désenclaver la zone de la Tandjilé et le Grand Mayo Kebbi afin d’écouler les produits agro-sylvo-pastoraux de ces régions par la diminution des coûts de transport. Il permettra également de réduire le coût d’entretien courant du réseau routier et d’améliorer l’accès des populations aux services de base (santé, éducation, marchés etc.). D’après le rapport de la Commission Economie et Plan, cet aménagement permettra le retour partiel du niveau de trafic du passé sur cet axe et le développement des activités génératrices de revenus. Répondant à une des préoccupations d’un élu du peuple relative à la crise financière que traverse le pays qui pourrait influer négativement sur  la mise en œuvre de ce projet, le ministre des infrastructures ,du désenclavement et des transports, M. Adoum Younousmi a indiqué que même étant en difficulté, le Tchad ne doit pas cesser de vivre et enterrer ses projets car il est un pays. En ce qui concerne la garantie accordée au bitumage de ce tronçon, le ministre Adoum Younousmi a déclaré qu’il ne s’agit nullement d’une défaillance dans la gestion du marché, la route dit-il est sujette à l’usure normale et nécessite une prise en charge d’entretien avant d’ajouter qu’il est arrêté diverses mesures pour prévenir la décadence précoce du niveau de service de la route et assurer une garantie suffisante jusqu’en fin de vie prévue dans 20 ans. S’agissant du deuxième projet, il est reconnu une évolution dans le secteur de l’aviation remarquée par la libéralisation du secteur pour y introduire de manière progressive de la concurrence en encourageant les initiatives privées. On note une dizaine de compagnies aériennes qui desservent le pays, hormis les vols à la demande et les cargos. Ceci favorise la concurrence entre les transporteurs et c’est ce qui a conduit à la réduction des tarifs appliqués sur les billets d’avion. La mise aux normes de l’OACI de ces trois aéroports contribuera au développement des échanges commerciaux  et des voyages par voies aériennes et à l’intégration entre les régions. Le projet vise à réaliser les trois aéroports avec un programme structuré autour de sept volets : construction des bâtiments, énergie et balisage lumineux, chaussées aéronautiques et clôture périphériques, équipements de navigation aérienne et de la météorologie entre autres. Pour le ministre de l’Aviation Civile et de la Métrologie Nationale Mme Haoua Acyl, outre les taxes et redevances, les activités de transport aérien sont génératrices de nombreuses taxes fiscales et de recettes induites par les activités connexes telles que l’hébergement, la restauration, le transport etc…, a-t-elle soutenu.

 

Copyright © 2017 Ministère des infrastructures du Tchad. Tous droits réservés.